AccueilPortailFAQS'enregistrerConnexion

Partagez | 
 

 MSB-AVTODOR SARATOV (Champions league 2016-2017, M7)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
The Dunk
Journaliste du Forum
avatar


MessageSujet: MSB-AVTODOR SARATOV (Champions league 2016-2017, M7)   Mer 25 Jan 2017 - 18:26

MSB-AVTODOR SARATOV :
PAS DE RATÉS CONTRE SARATOV...
________


Sortis par la petite porte de la Leaders cup, mais déjà qualifiés pour les huitièmes de finale de la Basket Champions League après avoir terminé à la première place de leur poule, les Manceaux devaient encore s’acquitter d’un dernier match, sans enjeu, contre une équipe russe fortement remaniée depuis sa défaite de l’aller. Dans les tribunes, la perplexité régnait : les Tangos allaient-ils profiter de l’occasion pour se reprendre et resserrer les rangs avant un périlleux déplacement à Lille, en Coupe de France, ou allaient-ils retomber dans leurs errements et laisser filer la rencontre pour économiser leurs forces ?

                         

Les échecs de Will, de Frazier et d’Olivier donnaient le ton : l’adresse risquait de ne pas être exceptionnelle… Pourtant Minnerath ouvrait la marque sur un trois-points : 0-3. Olivier ratait encore un tir et Kolesnikov glissait son talon hors du terrain? Giordan entrait à son tour un majoré pour égaliser à 3 partout. Si Frazier transformait ses deux jets, Giordan servait Will pour un panier plein de hargne : 5 partout. Suite à une interception, Ryan filait en contre et obtenait deux lancers, à 2/2 : 7-5. Minnerath ayant cumulé deux ratés consécutifs, Ryan rendait la possession, sans qu’Adams en tire parti. Will, bien en position, se montrait actif : 9-5. Tir approximatif de Frazier, airball de Giordan, alley-oop manqué de Minnerath : le niveau de jeu n’était guère réjouissant. Bien servi par Mike, cependant, Will poursuivait sur sa lancée : 11-5. Minnerath cafouillait, mais Olivier, en égarant le cuir, lui offrait une seconde chance : 11-7. Mike (+ 2) ripostait sans attendre, mais Kolesnikov profitait des largesses de la défense pour passer un triple : 13-10. Lahaou relayait Olivier. Ryan en échec, Kolesnikov récidivait, à peu près dans les mêmes conditions : 13 partout. Depuis la tête de raquette, Ryan, trop court, expédiait le cuir contre l’arceau, avant de céder sa place à Petr. Minnerath se faufilait backdoor pour lui souhaiter la bienvenue : 13-15. Giordan dépossédé du ballon, Petr stoppait Minnerath. Sur la touche qui s’ensuivait, Hunter, absolument seul, assouvissait son instinct de chasseur : 13-17. Will en échec, Hunter écopait d’un marcher. Mouph remplaçait Will. Mike à la peine, Mouph s’arrachait au rebond et Giordan assurait les finitions : 15-17. Bykov, puis Mike butaient sur les défenses, mais Petr claquait le ballon dans le filet : 17 partout… Kolesnikov en échec, Makiev imposait sa taille : 17-19.
Après avoir mené 13-7, le MSB avait encaissé un 0-10 ! Largesses défensives et pertes de balles, tirs douteux et animation offensive sans inspiration, telles étaient les carences de ce premier acte. Antarès, à demi-vide, grommelait…


Mike reste parmi les plus réguliers...

De retour à la place de Mike, Ryan ratait deux tirs consécutifs, mais la balle parvenait finalement à Olivier dont le triple réveillait un peu l’assistance : 20-19. Sur l’action suivante, Olivier coupait la remontée du ballon des Russes et filait au cercle : 22-19. Antsiferov, dépité, arrêtait le jeu. Le soldat Minnerath remontait en ligne : 22-21. Les Manceaux, trop relâchés, laissait filer le cuir et Kolesnikov redonnait l’avantage aux siens : 22-23. Ryan à la peine, Kolesnikov poursuivait son chantier : 22-25. Les Sarthois encaissaient un 0-6. Mouph, puis Kolesnikov, puis Lahaou faisaient encore baisser les pourcentages de réussite, mais le dernier nommé obtenait deux lancers : 24-25. Si Carrera n’était pas vraiment une Porsche, Mouphtaou, comme souvent ces derniers temps, se montrait mou… Lahaou ressortait vers Petr qui expédiait un missile de bon aloi : 27-25. Minnerath en échec récupérait son propre rebond, comme à la parade : 27 partout. Piqué au vif, Mouph ripostait : 29-27. Adams en échec, Petr relançait rapidement vers Lahaou qui s’offrait un panier garni (2 & one) : 32-27. Minnerath butait sur Mouph. Bien en jambes, Lahaou se contorsionnait backdoor : 34-27. Giordan relayait Olivier. Bykov à 50% sur la ligne, Ryan pointait le bout de sa barbe : 36-28. Minnerath donnait des signes de fatigue, ce qui ne déplaisait guère à Ryan : 38-28. Le coach russe rappelait ses troupes. Deux lancers obtenus par Hunter relançaient un peu les visiteurs : 38-30. Giordan en échec, Petr rattrapait le coup : 40-30. Avtodor ayant perdu la balle, Lahaou allait chercher deux jets, à 1/2 hélas : 41-30. Ryan coupait une ligne de passe, sans réussir son dernier geste. Minnerath reprenait du poil de la bête : 41-32. Ryan et Kolyushkin donnaient dans l’à-peu-près, tandis que Petr se faisait contrer, avant de courir récupérer la balle perdue et d’entrer un panier très applaudi : 43-32. Makiev rencontrait un double plafond, posé sur sa tête par Mouph et par Petr. Sur ces entrefaites, Mouph qui avait le pas de trop, devait regagner le banc où il essuyait un sermon. Will prenait le relais. Un triple bien senti de Petr donnait de l’air aux Sarthois qui relâchaient malencontreusement leur vigilance : 46-32. Minnerath, qui n’en demandait pas tant, saisissait aussitôt l’occasion : 46-35. Olivier remplaçait Ryan. Saratov étant dans la pénalité, Lahaou assurait deux lancers : 48-35. Dans le flottement qui précède la sirène, Adams grappillait encore deux points pour les siens : 48-37.
Si la défense demeurait aléatoire, l’attaque se portait un peu mieux, grâce à la générosité de Petr et de Lahaou. Antarès se détendait un peu…


Lahaou dans ses œuvres...

Les deux équipes reprenaient doucement le jeu : échec de Frazier, porter de balle de Giordan, raté de Kolesnikov… Mike, cependant, relançait le score : 50-37. Après une faute offensive de Kolesnikov, Olivier, Hunter et Ryan rivalisaient de maladresse. Adams, bien campé sur ses appuis en tête de raquette, mettait un terme à cette spirale : 50-40. Peu aidé par des partenaires trop statiques, Ryan multipliait les mauvais choix, de sorte qu’Erman lui substituait Petr. Kolesnikov cherchait son second souffle, tout comme Giordan et Will. Suite à une intervention illicite sur Makiev, Giordan, qui avait manifesté son mécontentement sur l’action précédente, se voyait infliger une antisportive. À 2/2, Makiev se faisait justice et Minnerath corsait l’addition : 50-44. Suite à une passe hasardeuse de Giordan vers Mike, les Russes accentuaient leur pression avec deux jets de Bykov : 50-46. Le petit matelas du MSB fondait comme givre au soleil de midi… Erman arrêtait la débâcle. Mike ratissait deux lancers du meilleur effet : 52-46. Lahaou remplaçait Giordan, tandis que Minnerath était sanctionné pour une faute offensive. Olivier en échec, Petr lui offrait, en vain, une seconde chance. Bykov ne faisait pas mieux. Petr à trois fautes, Ryan reprenait du service. Sur la ligne, Minnerath s’appliquait : 52-48. Après un marcher de Mike, Lahaou bondissait vers l’avant : 54-48. Une interception de Ryan, qui déboulait jusqu’au cercle, permettait même aux Tangos de reprendre leurs aises : 56-48. Hélas, le repli manquait de vitesse et Kolesnikov punissait la défense : 56-51. Un marcher de Ryan amenait des changements : Will et Olivier regagnaient le banc, Mouph et Giordan rejoignaient le parquet. Minnerath, de loin, forçait son tir, mais les Manceaux, fébriles, perdaient le ballon. Hunter, à l’affût, plaçait une mine : 56-53. Ryan faisait du Ryan et, malgré les efforts de Mike, Bykov réduisait l’écart à un point : 56-55. Erman, déboussolé, interrompait la rencontre. Servi par Lahaou, Mouph réagissait : 58-55. Au bout des 24 secondes, Saratov butait sur un MSB remobilisé et Mike dégainait derrière l’arc : 61-55 !
Après avoir perdu leurs nerfs et leur avance, les Tangos avaient bien réagi. Antarès, morose, bougonnait…


Mouph, par intermittences...

Un contre de Mike sur Minnerath ramenait un peu d’optimisme, mais Mouph échouait par manque de punch et Ryan par précipitation. Frazier allait chercher deux lancers, à 2/2 : 61-57. Mike et Bykov échangeaient des politesses : 63-59. Mouph, enfin, se montrait pugnace et obtenait le panier et la faute : 66-59. Minnerath en baisse de régime, Frazier profitait des lacunes de la défense : 66-61. Ryan perdait encore un ballon. Minnerath revenait à la surface et récoltait le lancer bonus : 66-64. Giordan cherchait en vain à régler la mire, mais Mouph, un peu chanceux, claquait sèchement le cuir : 68-64. Frazier, discret mais actif, grignotait encore l’écart : 68-66. Après une énième perte de balle (de « devinez qui ? »), Kolesnikov égalisait à 68 partout. Petr suppléait Ryan. Erman prenait un temps mort, prolongé par Antsiferov, qui n’avait pas tout dit. Olivier relayait Mike. Cependant, les Sarthois, à l'image de Lahaou surpris par la sirène, piétinaient 24 secondes devant le mur de Russes désormais hyper-motivés. Hunter en échec, Petr manquait un triple, depuis le coin du terrain. Hunter, cette fois, trouvait la faille : 68-70 ! Saratov virait en tête. Mouph et Kolesnikov se rendaient les coups : 70-72. Giordan plantait un majoré, qui relançait l’espoir : 73-72. S’ensuivait un relâchement qui n’échappait pas à l’incontournable Minnerath, qui allumait une mèche : 73-75 ! L’arceau refusait alors un tir d’Olivier. Adams en échec, Giordan zigzaguait jusque sous les panneaux et, avec l’aide de la planche, enroulait un hook shot : 75 partout… Bykov gâchait des munitions, mais le MSB poursuivait son festival de balles perdues… Frazier n’en demandait pas tant : 75-77. Erman renvoyait Ryan à la place de Petr, décision huée par les Félins et par une partie du public… Du jamais-vu à Antarès ! Saratov, toutefois, était dans la pénalité, ce qui bénéficiait à Olivier (2/2) : 77 partout, à 1’47 du gong… Un peu négligé par la défense, Frazier la sanctionnait sans délai, et à trois s’il vous plaît : 77-80 ! Ryan ne savait plus trop où il en était et s’attirait des sifflets. Minnerath, sur la ligne, s’appliquait : 77-82. Petr étant réclamé par la foule, Erman rappelait Ryan sur le banc… Giordan, opiniâtre, allait gratter deux jets : 79-82. Petr bloquait Hunter. Avec l’énergie du désespoir, Giordan attirait la défense et adressait une passe à Petr, en embuscade dans son dos, au coin du terrain. À 12“4 du buzzer, le cercle rejetait cette ultime tentative. Si Kolesnikov se contentait d’un modeste 1/2, il était trop tard pour renverser la vapeur : 79-83. Au terme d’un dernier temps mort manceau, Petr ratait de nouveau sa cible. Frazier mettait deux jets dans son escarcelle : 79-85. Si le panier final de Giordan était validé, le match était bel et bien perdu et les Russes exultaient : 81-85 !


Giordan : la bonne volonté ne suffit pas toujours...

Au terme d’un dernier quart temps hallucinant, durant lequel le public a interféré sur la gestion des changements, le MSB ajoute donc une défaite à sa série noire. Si les conséquences sont nulles en termes de qualification, il est à craindre que le moral et, surtout, la cohésion de l’équipe s’en ressente, pour ne rien dire de la relation entre entraîneur et joueurs… Dans ce contexte, le déplacement à Lille, en Coupe de France, toujours sans Pape, risque de prendre des allures de test : une nouvelle contre-performance augurerait mal de l’avenir de la saison. Si sur un plan statistique plusieurs Manceaux tirent leur épingle du jeu, c’est surtout la pauvreté du jeu collectif qui est à déplorer : entre les chutes de tension de la défense, l’absence d’inspiration offensive et les 17 pertes de balles, il devient difficile de préserver la victoire… Si Lahaou (12/2/3/16) et Petr (12/9/0/15) méritent la prime de la combativité, ils restent encore trop souvent brouillons. Mouph (11/8/0/17) sauve les apparences, mais ne pèse pas suffisamment sur la raquette, tandis que Giordan (14/2/4/14), malgré son baroud final, manque d’autorité dans sa gestion de l’attaque. Mike (11/4/1/13), quoique actif, est rarement en bonne position pour shooter à trois points, alors que c’est l’un de ses points forts. Quant à Olivier (7/4/2/5), pas toujours heureux, il devrait bénéficier de systèmes pour gagner en fiabilité.  Après une bonne entame, Will (4/4/0/3) a totalement disparu du paysage, peut-être afin de le préserver pour le déplacement à venir… Enfin, Ryan (10/6/2/2) fait un bouc-émissaire idéal, mais il faut concéder qu’il arrive souvent en fin de possession sans que quiconque remue le petit doigt pour lui apporter du soutien… Dans Antarès désert, quel devint mon ennui… aurait dit le poète. Des solutions, vite !

_________________
afro
The Dunk

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
 
MSB-AVTODOR SARATOV (Champions league 2016-2017, M7)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Champions Cup 2016 - 2017
» Angleterre - Barclays Premier League 2016 / 2017
» Indian Super League (ISL) 2017/2018
» FOOT FEMININ UEFA CHAMPIONS LEAGUE 2016-2017
» [ESP] La Liga en Live

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Forum des supporters du MSB :: LES EXCLUSIVITES DU FORUM :: Les articles sur les rencontres :: Archives :: Saison 2016-2017-
Sauter vers: